Entrer dans l’hiver
S’enrouler vers …
toujours un peu plus
au cœur
à l’intérieur
que ça pleure ou que ça rit
prendre une grande couverture dorée
de soin, d’amour et de douceur
Laisser chanter,
doucement,
le feu qui crépite dans la cheminée,
le feu de vie dont les braises troublent le froid, 
le feu qui ré-anime quand tout se fige.
Honorez cette chaleur de votre profondeur.
Ne craquez pas les allumettes de l’illusion.
Allez vers le solide de votre foyer,
De la bûche de passion,
De la branche de liens,
Et pour que ce soit joyeux,
jetez-y quelques pommes de pin de légèreté !
Laisser péter et rire ces souffles cachés
de nos ratés du passé…

Awenn

cliquez pour me retrouver sur Instragram

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *